La personnalité, facteur clef de l’épanouissement en entreprise

La personnalité en entreprise selon mojo & M. Henri Rousseau

Dans une chronique publiée sur le JDN il y a quelques jours, Patrick Leconte* aborde une notion qui nous est chère : la personnalité en entreprise. Un propos éclairant qui recueille tous nos suffrages.

L’auteur commence par préciser que :

«  La personnalité est quelque chose de personnel. Toutefois, elle ne fait pas pour autant référence à la sphère intime. »

Rappelons-le à l’unisson : la personnalité est quelque chose de très personnel, certes, mais elle ne révèle rien de la sphère privée. C’est un point très important en entreprise ou cette sphère intime doit être à tout prix préservée.

Il est bon de rappeler aussi que la personnalité n’est pas notre psyché toute entière. Si l’on osait comparer la psyché à un iPhone, la personnalité en serait seulement le logiciel et non pas nos données personnelles, nos messages envoyés et reçus, nos photographies de vacances : ce qui fait que cet iPhone est le nôtre et rien que le nôtre.

« Aller au-delà des savoir-faire »

« Les compétences techniques deviennent accessoires »

Le constat qui est dressé ensuite, c’est qu’il est nécessaire d’aller au delà des seules compétences. C’est un sujet que nous avons déjà abordé et sur lequel nous reviendrons. Il va même plus loin et voit celles-ci devenir jusqu’à accessoires car comme il l’écrit :

« On ne peut pas demander à quelqu’un de changer »

Alors que l’on peut former une personne à une compétence, il va bien entendu être impossible de changer la personnalité de quelqu’un. Ce qui est heureux, car l’entreprise ne peut demander cela. Et quand bien-même, cela serait impossible, la personnalité humaine pouvant se définir comme un ensemble de caractéristiques psychologiques invariantes ou du moins, ne variant que peu en fonction du temps et des circonstances.

« Sortir de sa zone de confort »

Il remarque également le processus pernicieux qui fait qu’un candidat, avide, et on le comprend, d’une embauche ou d’une promotion pourra aller jusqu’à se trahir faisant peser un risque avéré pour l’entreprise et pour lui-même.

« Le bien-être du salarié, cette notion à ne plus oublier »

« Le savoir-être, une notion à ne plus négliger »

Il fait le constat que dans l’entreprise, ces deux notions, qui sont d’ailleurs plébiscitées par les employeurs les plus en pointe dans leur politique RH, nous y reviendrons, sont essentielles. Le bien-être, bien entendu, mais également le savoir-être, qui est la juste prise en compte par le salarié de sa personnalité et du respect de celle-ci par son employeur dans une optique de bien-être, donc, mais également de performances.

« S’approprier les outils »

Conclusion en forme de voeu. Les outils de la personnalité existent. Et les entreprises doivent y recourir. Car c’est dans ces outils, tels mojo technology, que convergent les deux tendances RH les plus prégnantes, que sont le savoir-être et les nouvelles technologies de l’information.

C’est à lire sur le JDN ici, mais seulement une fois que vous aurez fait un test mojo gratuit !

* Patrick Leconte distribue en France un outil d’évaluation RH, TTI Success Insights

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *